03/06/2015

Colisée vous présente sa newsletter de Juin 2015

Colisée vous présente sa newsletter de Juin 2015

edito-mme-jeandelMesdames, Messieurs, Je suis, avec toutes les équipes du groupe Colisée, très heureuse de vous présenter la première édition de cette newsletter d’actualités que vous retrouverez désormais chaque mois.

 Pourquoi une telle newsletter ?

D’abord parce que nous avons la conviction que le travail au quotidien de nos 2.500 collaborateurs auprès de plus de 4.300 résidents âgés nous donne une certaine légitimité à nous exprimer sur l’évolution de la prise en charge des personnes âgées dans notre pays. Ainsi, à travers cet outil, nous avons l’ambition de faire le lien entre l’action que nous menons au quotidien dans nos établissements et les évolutions que connaît le secteur sanitaire et social dans notre pays.

Mais… par qui serons-nous lus ?

D’abord, nous le souhaitons, par nos résidents, leurs familles ou les personnels de nos établissements afin qu’ils puissent suivre, grâce à une information claire et accessible, les évolutions d’un secteur dont ils sont les principaux acteurs. Mais cette newsletter a aussi et surtout vocation à constituer un moyen d’échange et de dialogue avec les décideurs politiques et administratifs. Il est de bon ton actuellement de gloser sur la coupure entre les gouvernants et les gouvernés, entre l’État et les administrés… Il ne tient qu’à nous tous qu’il n’en soit pas ainsi.

Un lien entre le terrain et les décideurs

Tel est peut-être le principal enjeu de cette newsletter : faire le lien entre le travail de terrain que nous réalisons au quotidien et les politiques publiques telles qu’elles sont imaginées, pensées et menées sur les territoires. Nos articles, chaque mois, auront donc vocation à être lus par les mairies, les CCAS, les CLIC, les MAIA, les conseils départementaux, les ARS et pourquoi pas les parlementaires et membres de cabinets ministériels… Ainsi, dès cette première édition, nous abordons notamment la question d’actualité du « comparateur de tarifs ». Alors que le ministère et la CNSA réfléchissent actuellement à un outil semblable, le groupe Colisée, lui, a déjà mis en place un outil similaire. Nous versons donc, modestement, notre contribution au débat. Il en sera désormais ainsi chaque mois en espérant susciter votre intérêt. A très bientôt donc

La loi Vieillissement entrera en vigueur dès 2016

photo l. rossignol

Invitée aux Trophées du Grand Age le 18 mai dernier, la Secrétaire d’Etat aux personnes âgées et à l’autonomie, Laurence Rossignol, a confirmé que la loi d’adaptation de la société au vieillissement actuellement en débat au Parlement serait applicable au 1er janvier prochain. Mais au fait… quelles sont les principales dispositions de cette loi encore méconnue ?

Annoncé par le Président de la République en janvier 2013, voté en première lecture à l’Assemblée Nationale en septembre 2014 puis au Sénat en mars 2015, le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) reviendra au Palais Bourbon juste après le 14 juillet et au Sénat probablement en septembre. Immédiatement, un certain nombre de décrets devraient être publiés à l’automne pour que les premières dispositions soient applicables dès le 1er janvier 2016. 

Alors que va changer concrètement cette loi ? Beaucoup de choses même si, à ce stade, nous avons choisi de mettre sept mesures en exergue. 

1. La création des conférences des financeurs de la prévention

Les dépenses de prévention sont actuellement extrêmement atomisées. Il convenait donc de mettre autour de la même table l’ensemble des institutions qui financent des actions de prévention pour qu’elles coordonnent leurs actions et mettent au pot commun l’ensemble de leurs financements. A compter de janvier prochain, donc, se créera dans chaque département une conférence des financeurs de la prévention autour du conseil Départemental, de l’ARS mais aussi des caisses de retraite et des mutuelles. Dès 2016, ces conférences se verront déléguer la somme globale de 140 millions d’euros pour financer des aides techniques et des actions de prévention.

2. La création d’un statut de résidence seniors

Depuis quelques années, les résidences seniors se développent un peu partout en France et apparaissent comme une alternative entre le domicile et l’Ehpad. Destinées à des retraités encore autonomes mais qui peuvent vouloir rompre avec leur isolement ou qui veulent tout simplement un logement plus adapté et des services à disposition, les résidences seniors n’avaient encore jamais été reconnues par la loi. C’est chose faite désormais, puisque le Sénat a intégré dans l’article 15 un statut des résidences seniors dites de seconde génération. Dans le même temps, la loi a décidé de rebaptiser les « logements-foyers », dont les deux tiers sont gérés par des centres communaux d’action sociale, en « résidence autonomie »

3. Le financement d’un congé pour les aidants

Jamais jusqu’ici le statut d’aidants n’avait été reconnu par la loi. Non seulement les aidants sont-ils mentionnés dans cette loi, mais encore il leur sera désormais accordé une « aide au répit ». Concrètement, le conjoint ou le proche pourra percevoir une aide allant jusqu’à 500 euros par an. Ce qui permettra notamment de payer un accueil de jour ou un hébergement temporaire pendant plusieurs jours. Colisée a développé depuis plusieurs années dans ces Ehpad des places d’hébergement temporaire : elles serviront aussi à l’avenir à accueillir des personnes qui seront donc financièrement solvabilisées par cette nouvelle « aide au répit ».

4. L’augmentation de 12% de l’enveloppe d’APA à domicile

En France aujourd’hui, l’APA à domicile représente des dépenses globales de 3,2 milliards d’euros. En augmentant cette enveloppe de 350 millions d’euros, c’est une progression de plus de 10% qui permettra d’aider plus et mieux les personnes âgées à domicile.

5. La création d’un Haut Conseil de l’Âge

Il n’existait aucune instance nationale de réflexion et de concertation de tous les acteurs du vieillissement. Elle existe désormais et sera placée, qui plus est, sous la responsabilité du Premier ministre. Les fédérations d’Ehpad comme les personnes âgées et retraités y seront représentés.

6. La création des CDCA

Il fallait aussi une instance de gouvernance locale permettant aux différents acteurs de se concerter. La loi a donc décidé de supprimer les comités départementaux des retraités et personnes âgées (CODERPA), dont le fonctionnement était très inégal d’un département à l’autre, et les comités départementaux de consultation des personnes handicapées (CDCPH) au profit d’une instance unique : le conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie. Dans chaque département, cette instance pilotera les politiques en faveur de l’autonomie sous la présidence du président du conseil départemental.

7. Une meilleure information pour les personnes âgées et leurs familles

La création d’un « guichet unique » permettant de centraliser l’ensemble des informations et conseils pour les personnes âgées et leurs familles était une vieille revendication de tous les acteurs du secteur. Au plan départemental, les élus auront désormais, s’ils le souhaitent, la possibilité de transformer les actuelles MDPH (maisons départementales des personnes handicapées) en MDA (maisons départementales de l’autonomie), compétentes tant pour les personnes handicapées que les personnes âgées. Au plan national, c’est la CNSA qui sera chargée de créer un grand portail Internet d’information pour les usagers. Objectif : 2017.

Avant même l’État… Colisée lance  son comparateur de tarifs

photo simulateur de tarifsAlors que le Gouvernement vient d’annoncer pour juin le lancement d’un site national censé comparer les tarifs d’Ehpad, le groupe Colisée explique comment il a déjà mis en place un tel système. Un comparateur de tarifs de nature à progresser en matière de transparence vis à vis des consommateurs.

Les consommateurs – et c’est bien légitime – veulent de plus en plus de transparence. Ce n’est donc pas un hasard si les sites de comparaison de prix, qu’il s’agisse de billets d’avion ou de shopping, se développent. Pourquoi alors cette nécessaire transparence s’arrêterait t-elle au seuil des Ehpad ?

La secrétaire d’Etat aux personnes âgées, Laurence Rossignol, a récemment annoncé la création d’un portail Internet grand public dédié aux personnes âgées et à leurs proches dans lequel on retrouvera un outil d’estimation de leur reste-à-charge. Un portail annoncé pour mai 2015 et attendu désormais plutôt pour l’été sous le nom : « pourlespersonnesagees.gouv.fr »

Volonté de transparence

Le Groupe Colisée, lui, n’a pas attendu pour lancer son propre comparateur de tarifs. Simple d’utilisation, il est également exhaustif dans la prise en compte des différentes prestations.

Loyer, taxes diverses, dépenses énergétiques, entretien de l’intérieur, restauration, transports, sorties, loisirs, aides à la personne : l’usager peut renseigner dans l’outil accessible depuis le site Internet du groupe toutes ses dépenses mensuelles. « Cette initiative est partie d’une volonté de transparence auprès de nos futurs clients, explique Emmanuel Boldarino, Directeur Commercial et Marketing de Colisée. C’est bien plus qu’un simple simulateur tel qu’il peut exister sur les sites d’autres groupes. Avec le comparateur, le futur résident peut comparer le prix de l’hébergement avec ce qu’il dépense chaque mois. »

Simple comme bonjour

Il lui suffit alors de sélectionner dans un menu déroulant la résidence dans laquelle il souhaiterait être admis pour découvrir, en bas de colonne, le tarif hébergement correspondant sur 30 jours et pouvoir le confronter avec son budget actuel. Il a ensuite la possibilité de contacter le directeur de la résidence pour évaluer plus précisément le montant de son séjour. Les directeurs de résidence, justement, apprécient cette nouvelle possibilité qui leur permet de montrer l’étendue de la prise en charge qu’ils proposent. Les seuls services facturés en sus sont des services de confort, comme le pressing. « Le tarif affiché s’entend hors dépendance et hors soins. », précise enfin Emmanuel Boldarino.

Les tarifs hébergement des différentes résidences seront actualisés chaque année. Mis en ligne en même temps que le nouveau site Internet du Groupe Colisée, le comparateur est encore trop récent pour qu’on ait un réel retour sur son utilisation. Mais nul doute qu’il saura séduire les futurs résidents et leur famille. Et pour ceux qui seraient moins à l’aise avec Internet, ils auront toujours la possibilité d’appeler l’un des numéros verts mis en place par Colisée.