21 février 2017 - Newsletter

Colisée exporte son French savoir-faire en Chine !

edito-christine-jeandel Misons sur le French savoir-faire :

Reconnaissons-le, lorsqu’on évoque des domaines dans lesquels la France et ses entreprises excellent et exportent leur savoir-faire à l’étranger, ce n’est pas souvent celui du Grand Age qui fait les gros titres. Pourtant, à l’instar des médiatiques locomotives de la French Tech, les acteurs français spécialistes de l’accompagnement des personnes âgées ont su se construire une place de choix hors de nos frontières depuis plusieurs années.

C’est le cas de Colisée, qui ouvrira son premier établissement fin 2017 à Canton, en Chine. Un Ehpad résolument moderne et adapté aux personnes souffrant de troubles cognitifs. Une structure qui accueillera des chinois âgés avec le souci constant de prendre soin d’eux selon la même exigence que pour les résidents français, tout en respectant leur culture.

Le Premier Ministre Bernard Cazeneuve effectuera un déplacement officiel en Chine fin février. Il devrait évoquer avec son homologue Li Keqiang les synergies France / Chine en matière d’adaptation de la société chinoise au vieillissement de sa population. Colisée en sera bien sûr, pour faire part de son expérience et promouvoir ses solutions, construites avec d’autres entreprises françaises de la French Silver économie qu’il a souhaité entraîner dans son sillage.

Le groupe a d’ores-et-déjà participé activement mi-janvier à la signature d’un protocole d’entente local qui doit permettre le développement d’un projet pilote pour la prise en charge des seniors en perte d’autonomie et la formation des professionnels. Il a aussi imprimé sa marque en présentant lors d’une conférence médicale organisée à cette occasion sa méthode pour mettre le bien vieillir en action : « prendre soin », projet personnalisé d’accompagnement mais aussi formation des professionnels à la méthode Montessori. Un projet qui a conquis l’auditoire.

Une nouvelle preuve du dynamisme des frenchies du Grand Age et de l’attente suscitée par nos projets. Une bonne raison aussi de ne pas céder à la sinistrose ambiante et de valoriser nos succès, aidés en cela par la relance de la filière Silver économie par les pouvoirs publics. Un effort de communication pourrait venir compléter le tableau… Voilà un beau défi pour l’avenir. Misons sur le French savoir-faire !

Colisée exporte son French savoir-faire en Chine

Plus d’un tiers de sa population sera constitué de personnes âgées en 2050 : la Chine fait face au défi immense de l’adaptation de sa société au vieillissement. Le pays peut compter depuis plusieurs années sur l’expertise française pour développer des solutions adaptées à ses besoins. Colisée a fait le pari de s’y développer, en entrainant avec lui d’autres frenchies et en adaptant ses méthodes à la culture locale. Son premier établissement ouvrira fin 2017, à Canton.

C’est le pays de tous les records et de tous les superlatifs… La croissance de la population âgée en Chine est unique et l’une des plus rapides au monde. Jugez plutôt : actuellement, plus de 4 millions de personnes intègrent la catégorie des personnes âgées chaque année. Au cours des années 2020, elles seront 8 millions par an et 40 millions à vivre avec la maladie d’Alzheimer. En 2050, plus d’un tiers de la population chinoise, soit 450 millions de personnes, seront des seniors.

Pourtant, le pays reste aujourd’hui dépourvu de services et d’infrastructures à la hauteur de ces enjeux colossaux. Seuls 2% de la population âgée vit en établissement médicalisé, contre 5% à 7% dans les pays occidentaux. Une affaire de culture, bien sûr, mais pas seulement. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour structurer une offre à la mesure des besoins (moins de 20% des besoins en lits sont couverts aujourd’hui) et former suffisamment de professionnels à l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie.

Colisée entraîne des frenchies dans son sillage

C’est là que les frenchies interviennent. Fort de leur savoir-faire en matière de prise en charge du grand âge, des acteurs majeurs du secteur en France ont décidé de faire voyager celui-ci jusqu’en Chine. Un choix stratégique qu’a fait Colisée, en concluant dès octobre 2014 un partenariat avec China Merchants Group, l’une des 10 plus importantes entreprises publiques chinoises. Née de cet accord, la co-entreprise Guangzhou China Merchants – Colisée Senior Health Care Services Co. Ltd a pour ambition de devenir une marque de référence. Elle dispose d’un site internet dédié : www.cm-colisee.com. Si vous ne lisez pas (encore) le mandarin, il est aussi accessible en anglais !

Colisée a d’autres beaux projets franco-chinois en tête, avec l’ouverture programmée de 1000 lits d’ici à 2019, mais il n’agit pas seul. Le « French savoir-faire » est aussi l’affaire d’autres entreprises françaises de la Silver économie : architectes, formateurs, prestataires de services… Tous ont bien intégré la dimension stratégique de l’exportation du savoir-faire français vers la Chine. Celle-ci représente en effet le premier marché mondial potentiel de soins aux personnes âgées, évalué à… 106 000 milliards de yuans chinois, soit près de 14,5 milliards d’euros en 2050.

Colisée a fait le choix de collaborer avec des entreprises françaises et de leur permettre ainsi de s’implanter elles aussi solidement sur le marché chinois. A la clé de cette « chasse en meute », selon l’expression consacrée, du business pour tous et une position renforcée à l’export pour chacun. Pour son premier projet en Chine, Colisée fait ainsi appel à des français, de la conception de la structure (Atelier Rolland et associés, Gerflor…) à ses équipements et services (Geria, Aden Services, Legrand, Somfy…), de ses systèmes d’information (Teranga Software) à la formation des personnels (ISRP, Accor…) du juridique (DS-Avocats, Gide) à la comptabilité (Mazars) en passant par le marketing (Equancy). Le groupe a même fait équipe avec l’école de Design Nantes Atlantique (China Studio) pour imaginer l’adaptation des espaces de vie de l’Ehpad au mode de vie chinois.

S’adapter pour se faire adopter

L’établissement est en train de sortir de terre à Canton et ouvrira ses portes fin 2017. Dédié aux personnes dépendantes et semi-dépendantes, il est doté de 132 lits et d’un bâtiment à la pointe de la modernité, avec une architecture et une décoration adaptées aux personnes souffrant de troubles cognitifs. En son sein, la prise en charge sera donc évidemment adaptée aux résidents chinois, qui joueront par exemple plus volontiers au mahjong qu’aux dames… Loin d’être anecdotique, cet accompagnement sur-mesure nécessite souplesse et créativité de la part de Colisée et de ses partenaires français.

« La Chine, ce sont autant de pays que de provinces » confie Olivier Dessajan, directeur « Chine » chez Colisée. Linguistiquement mais aussi gastronomiquement. Un défi à relever pour Colisée et son prestataire franco-chinois, d’autant plus quand il s’agit de transformer les différents mets locaux en aliments à textures modifiées. Autre exemple : beaucoup des futurs résidents de l’Ehpad n’auront connu que la médecine traditionnelle chinoise. L’objectif sera d’en conserver les bienfaits tout en intégrant en douceur les éléments de médecine occidentale jugés nécessaires.

Mais l’établissement ne sera pas seulement adapté aux résidents… Il le sera bien sûr aussi aux collaborateurs chinois, qui constitueront la quasi-totalité de l’équipe sur place. Pas question de simplement plaquer les process français, sans adaptation à la culture locale. La culture et la langue chinoises étant très visuelles, tous les protocoles ont été simplifiés et traduits sous forme de pictogrammes et d’images colorées grâce à l’aide de Team Acting. Des supports qui peuvent être utilisés pour former les futurs salariés sur la toilette (voir visuel) ou encore la gestion des risques. Colisée se donne tous les moyens pour faciliter l’appropriation de ses méthodes.

Savoir-faire et savoir-être

Et si les savoir-faire techniques sont indispensables, Colisée tient également à faire monter en compétences les équipes locales en matière de savoir-être. Pour Pascale Jean-Baptiste, directrice qualité de Colisée, « il est essentiel qu’elles sachent comment entrer en relation avec la personne âgée, de manière à pouvoir individualiser la prise en charge et le prendre soin ». Une individualisation qui ne va pas toujours de soi en Chine. Pour servir cette ambition, Colisée s’appuie notamment sur la méthode Montessori adaptée aux personnes âgées, « une approche positive et dynamique qui se fonde sur les potentialités de la personne et non ses déficits » précise Pascale Jean-Baptiste.

Le groupe a choisi de former tous ses personnels à cette approche non médicamenteuse dont il a vanté les mérites à l’occasion d’une conférence médicale organisée le 12 janvier dernier à Canton. Réunissant plus de 200 experts et professionnels autour des sujets du « prendre soin », de la formation ou encore du management, cette conférence avait lieu en marge d’un évènement institutionnel qui fait figure de première.

Des liens de confiance qui se renforcent

Un « protocole d’entente pour le renforcement de la coopération dans les services aux personnes âgées » a en effet été conclu par le Consulat général de France à Canton et le Bureau des affaires civiles de la ville de Canton, en présence de représentants de l’Ambassade de France en Chine. Fruit d’un travail commun de près d’un an et demi, il vise à établir un projet pilote de soins médicaux à domicile pour les personnes âgées et à structurer un système de financement, de formation et de qualification du personnel médico-social. Un projet auquel participe activement Colisée.

Dans un secteur centré sur l’humain et la transmission réciproque de savoirs, construire des liens de confiance est bien sûr essentiel. Un accord de coopération Chine / France devrait d’ailleurs voir le jour dans les semaines à venir, faisant suite à l’engagement pris en 2014 par les Présidents François Hollande et Xi Jinping de mettre en place un projet pilote en matière de vieillissement. Colisée sera aussi partie prenante de la visite officielle du Premier Ministre français en Chine prévue fin février.

De l’iDay à l’action : 3 idées primées par le jury mises en œuvre

En octobre 2016, 6 000 idées avaient été proposées par les équipes de Colisée lors d’un évènement collaboratif et innovant : l’iDay. Dès le mois suivant, le groupe annonçait la mise en place de la formation aux premiers secours pour l’ensemble des collaborateurs, l’idée ayant été plébiscitée par ces derniers. Ce sont maintenant 3 idées ayant reçu le prix du jury qui vont être mises en œuvre via une démarche… collaborative, évidemment !

Innovation et participation, tel est le leitmotiv de Colisée. Le premier iDay organisé l’automne dernier a été couronné de succès, en témoignent les 6 000 idées imaginées par 2 159 collaborateurs et les plus de 21 000 soutiens aux idées recueillis. La démarche a enthousiasmé et fédéré les équipes autour d’axes essentiels de progrès pour le groupe, tels que l’amélioration des services aux résidents ou encore le bien-être au travail. Pour que cet esprit perdure, le choix a été fait de rebondir très rapidement après ce « brainstorming » géant, pour mettre en action les idées les plus utiles et novatrices.

Les collaborateurs ayant massivement souhaité se former aux premiers secours, le groupe a annoncé dès novembre 2016 la mise en place de sessions de formation pour tous les salariés. Une formation pour laquelle les moyens traditionnels seront utilisés, mais pas seulement… Les outils numériques seront également mobilisés, avec des modules de « e-learning » disponibles en ligne.

Parmi les 6 000 propositions, 3 ont particulièrement retenu l’attention du jury de l’iDay. Afin que leur mise en application s’opère dans les meilleures conditions, chacune va faire l’objet d’un groupe de travail composé (a minima) d’un membre du comité de direction élargi, d’un collaborateur « opérationnel » et d’un collaborateur du siège. Ces idées, quelles sont-elles ?

Partager « d’incroyables comestibles »

L’un des objectifs de l’iDay était de « Dépoussiérer l’image de la maison de retraite ». Dans cette catégorie, Véronique, animatrice de la résidence Le Mesnil de Bouffémont, a proposé de s’inspirer d’une expérience communautaire d’innovation sociale, les « Incredible Edible » (« incroyables comestibles » en français). Elle consiste en la mise à disposition gratuite de légumes cultivés par les volontaires participant au mouvement, dans de petits potagers. En se rapprochant d’une association qui propose ce type d’activité, les résidents, les familles, le personnel et les citoyens pourraient se retrouver pour cultiver et partager des aliments.

Dans la catégorie « Nouveaux services / meilleurs services », Lydiane, assistante administrative, s’est inspirée d’une formule de voyage et de vacances née dans les années 50, le troc de logements, pour mettre plus de couleurs dans la vie des résidents des établissements Colisée. Elle a en effet proposé d’offrir la possibilité aux résidents de partir en vacances dans d’autres résidences, notamment celles situées en bord de mer ou à la montagne. Dépaysement garanti !

Terminé les lunettes introuvables !

Enfin, dans un tout autre domaine, les équipes de la résidence La Baie d’Authie de Fort-Mahon-Plage ont imaginé un moyen malin pour combattre un phénomène tout aussi gênant que répandu en établissement : la perte des appareils dentaires, lunettes et autres appareils auditifs. Proposée dans la catégorie « Matériels et outils de travail plus utiles / plus efficaces », la radio identification pourrait permettre demain de remettre la main sur ces dispositifs précieux souvent égarés par les résidents. Cette technologie fonctionne par traçabilité des objets, sur lesquels des « radio étiquettes » sont apposées. Ces marqueurs, qui associent une antenne, une puce électronique et une étiquette auto-adhésive, reçoivent et répondent aux requêtes radio émises par un émetteur-récepteur. Les lunettes que Madame Martin avaient égarées peuvent ainsi lui être restituées sans délai.

Rendez-vous dans une prochaine newsletter pour faire le point sur la mise en œuvre de ces 3 idées, bien parties pour constituer de petites révolutions dans le quotidien des seniors et des professionnels.