15 septembre 2016 - Newsletter

La silver eco : oui à l’innovation

SUPPLÉMENT D’ÂME

edito-christine-jeandelC’est un fait : la technologie et les nouveaux outils de communication prennent une part de plus en plus importante dans nos vies.

Demain, cette réalité sera encore plus prégnante, notamment au domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et au sein des établissements qui les accueillent. Quand nous évoquons ces révolutions, un paradoxe est souvent énoncé.

Alors que nous n’avons jamais autant disposé d’outils pour communiquer, la communication entre humains n’aurait jamais été aussi faible.

llustration de ce phénomène : des photographies qui ont fait le tour du Web et qui montrent des individus passant un moment ensemble… en étant chacun scotché sur son smartphone. Le photographe a intitulé sa série « La mort des conversations humaines ». Aussi saisissants qu’ils soient, ces clichés témoignent-ils seuls de l’impact de la révolution numérique sur nos modes de vie ? Celle-ci nous pose bien sûr question, mais on oublie trop vite à quel point les progrès technologiques sont une chance.

Des robots chirurgiens aux détecteurs de chute, les nouvelles technologies sont aussi synonymes de vie en meilleure santé, de prévention et de sécurité. Loin des clichés de froides machines gelant les conversations entre les hommes, la technologie peut même avoir un « supplément d’âme ».

C’est le cas de My Colisée, le réseau social privé et sécurisé lancé par Colisée il y a tout juste un an dans tous ses établissements. Il n’y a qu’à lire ce qu’en disent les proches des résidents et les professionnels qui témoignent dans cette newsletter pour s’en convaincre. En quelques clics, le lien entre les personnes âgées, leurs proches et les personnels est rendu plus facile et ludique. Chacun s’émerveille des photos partagées. Les relations se renforcent, au bénéfice de l’autonomie des personnes accueillies.

Pour Colisée, le défi est d’ores-et-déjà relevé, avec 3000 familles inscrites sur My Colisée, 20 000 visites et plus de 1000 publications par mois. Il appelle d’autres efforts, de nouvelles innovations, qui démontreront que ces technologies et l’écosystème de la Silver Economie dans lesquelles elles prospèrent, sont une réelle opportunité de développement économique, d’emploi et de rayonnement à l’international pour notre pays.

Une filière d’avenir qui est soutenue par les pouvoirs publics et dont Colisée continuera à être partie prenante.

La filière Silver Eco sur la bonne voie

Newsletter-silver-economyAprès son lancement en fanfare en 2013, la filière de la Silver Economie a rencontré quelques obstacles sur le chemin de son développement. Mais l’année 2016 a marqué la réactivation du comité de filière et l’aboutissement de projets phares menés par France Silver Eco. Et cela ne fait que commencer.

Souvenez-vous… Le 24 avril 2013, Arnaud Montebourg et Michèle Delaunay, alors respectivement Ministre du Redressement productif et Ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, lançaient la filière « Silver Economie » et annonçaient la constitution d’un comité national de filière. Huit mois plus tard, ils signaient un contrat de filière avec les acteurs de cet écosystème, afin d’en faire une véritable filière industrielle et de positionner la France comme l’un de ses leaders mondiaux.

Problème : si les acteurs en question, qu’ils soient privés ou publics, n’auront de cesse de démontrer leur volonté de développer la filière, les pouvoirs publics stopperont ce bel élan en mars 2014, en ne réunissant plus le comité de filière pendant… 18 mois. Une éternité pour une si jeune institution. Quant à l’association nationale fédérant les acteurs de la filière, alors dénommée CNR santé, elle connaitra des difficultés à remplir totalement la mission qui lui a été confiée par l’Etat.

2015, ANNÉE CHARNIÈRE

Mais tout ça, c’était avant. Le 29 septembre 2015, le Ministre de l’Economie, Emmanuel Macron et la Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Âgées et de l’Autonomie, Laurence Rossignol, réactivaient l’instance, en y intégrant cette fois les Ehpad, qui avaient été les grands oubliés de l’Acte I de la filière. Pour cet Acte II, l’Etat a pu compter sur des groupes de travail forces de proposition sur 5 thèmes qu’il a définis (achats publics ; industrie et innovation ; habitat et mobilité ; distribution et services financiers ; services à la personne).

L’Etat a également pu s’appuyer sur l’ex CNR Santé, devenu France Silver Eco. Avec une gouvernance renouvelée en septembre 2014 (voir l’entretien avec son Président, Luc Broussy, ci-dessous) et des objectifs clairement définis, la structure a d’abord renforcé son assise en fédérant en son sein des acteurs très divers (entreprises, associations, mutuelles, universités, CHU, collectivités, fédérations,…), parmi lesquels Orange, Lapeyre, La Poste ou encore le Synerpa.

LES CHANTIERS PHARES AVANCENT

France Silver Eco a mené en parallèle plusieurs chantiers phares pour la filière, qui ont abouti juste avant l’été. Elle a ainsi publié un guide des Silver régions en mai 2016, qui établit le premier état des lieux des actions menées sur les territoires en matière de Silver Economie et propose des recommandations aux nouvelles Régions. L’association a également édité en juillet dernier 3 guides qui visent à professionnaliser l’achat public dans le domaine de la Silver Economie.

En juin, elle a dévoilé un nouveau site Internet, www.france-silvereco.fr et lancé un portail de référencement des solutions du « bien vieillir », www.solutions-bien-vieillir.com. Ce nouvel outil était très attendu par les professionnels du secteur et devrait permettre aux consommateurs d’y voir plus clair parmi la multitude de solutions et produits disponibles sur le marché. En effet, grâce à une entrée par les besoins des personnes âgées, le site sélectionne les solutions qui peuvent leur être utiles et met l’accent sur la prévention.

VERS LA LABELLISATION DES SOLUTIONS DU BIEN VIEILLIR

La démarche constitue une première étape vers la labellisation des solutions du bien vieillir, souhaitée par le Gouvernement, qui vient de renouveler sa confiance à France Silver Eco en lui adressant le 18 juillet une lettre de mission pour la période 2016/2017. Au programme justement, la réalisation d’ici à fin 2016 d’un rapport de cadrage sur la labellisation des produits et services de la filière. La labellisation elle-même devrait être assurée par des organismes certificateurs. France Silver Eco sera également chargée, entre autres missions, de créer un Observatoire de la Silver Economie, qui permettra d’objectiver les données et de produire des études thématiques utiles à tous les acteurs de la filière. En somme, de sauts de puce en pas de géant, la filière Silver Eco à la française prend son envol et est de plus en plus le reflet de l’ambition de ses acteurs.

3 questions à Luc Broussy, président de France Silver Eco

A la tête de la structure qui fédère les acteurs de la filière Silver Eco en France depuis septembre 2014, son mandat vient d’être renouvelé par le Conseil d’administration de l’association. Il expose sa vision du chemin déjà parcouru et nous éclaire sur l’avenir de la filière.

Colisée : Lors de l’Assemblée générale de France Silver Eco du 22 juin dernier, lors de laquelle vous avez été réélu à la tête de cette association, vous avez dit : « la Silver Economie n’est plus un slogan ». Qu’entendez-vous par là ?

LUC BROUSSY : Ce concept de « Silver Economie », lorsqu’il a émergé en 2013, pouvait encore apparaître comme un slogan ou un élément de marketing. Trois ans plus tard, la Silver Economie est devenue réalité et prend une tournure beaucoup plus concrète.

Tout le monde, y compris les acteurs du médico-social, comprend que désormais l’accompagnement du vieillissement évolue dans un nouveau cadre, plus large, plus transversal, mêlant des acteurs qui, précédemment, n’avaient pas l’habitude de travailler ensemble. Mais la Silver Economie a également eu une véritable conséquence en terme de communication.

Depuis 15 ans, le vieillissement charriait des valeurs anxiogènes (dépendance, fin de vie, coût pour la collectivité…). Désormais, la Silver Economie permet d’insister sur le vieillissement comme un champ générateur d’emploi, de développement Economique et d’innovation.
La création de cette filière ainsi que la loi ASV donnent des armes à la France pour devenir un leader mondial en matière de Silver Economie. A ce titre, Colisée est un bel exemple de la capacité des entreprises françaises à exporter leur savoir-faire hors de nos frontières.

Colisée : Le Gouvernement a renouvelé sa confiance à France Silver Eco et lui a confié une feuille de route à remplir d’ici à fin 2017. Quelles seront vos missions ?

LUC BROUSSY : En effet, Emmanuel Macron (avant son départ…), Marisol Touraine et Pascale Boistard ont signé en juin dernier une lettre de mission assignant à France Silver Eco trois missions essentielles.

Nous aurons d’abord la responsabilité d’animer le réseau des Silver Régions. Il est essentiel que les Régions investissent dans la Silver Economie et surtout qu’elles se coordonnent entre elles. Ce sera le rôle de FSE de les réunir et de mutualiser leurs actions.

Nous aurons aussi à améliorer le référencement des produits de la Silver Economie à travers le site de Référencement que nous avons ouvert en juin et qui doit à terme contenir plusieurs centaines de fiches-produits.
Enfin, nous avons souhaité travailler sur la question de l’achat public. Il est essentiel que les acheteurs publics (conseils départementaux, ARS, CCAS, hôpitaux, grands groupes d’Ehpad) soient mieux informés des innovations qui existent sur le marché car ce sont eux qui seront capables demain, par leurs commandes, de faire décoller la vente de ces produits innovants.

Colisée : Parmi les nouveaux chantiers, il y a également la création d’un observatoire de la Silver Economie. Pourquoi est-ce important ?

LUC BROUSSY : La création d’un Observatoire de la Silver Economie est un autre des chantiers que nous a confié l’Etat. Il s’agira d’abord de recenser et de centraliser toute l’information existante dans le domaine de l’Economie du vieillissement et de délivrer des chiffres, des études et des statistiques qui fassent consensus entre les parties.

Mais cet observatoire devra aussi repérer toutes les innovations sur les territoires et analyser plus finement les tendances socio-économiques permettant de publier un véritable baromètre de la Silver Eco. Nous réaliserons aussi des études thématiques sur des sujets d’actualité qui impactent la filière comme par exemple les villes intelligentes (« smart cities »), l’Internet des Objets ou les voitures sans chauffeur, toutes évolutions qui vont venir impacter notre façon de vieillir dans les 20 prochaines années.

Pari gagné pour My Colisée

mycoliseeUn an après son lancement, le réseau social privé et sécurisé made in Colisée fait partie intégrante du quotidien des résidents, de leurs familles et des personnels… pour leur plus grand bonheur. My Colisée est unanimement salué comme un outil ludique qui favorise le lien avec les personnes âgées et met en valeur le travail réalisé par les équipes. Retour sur les raisons d’un succès.

En septembre 2015, Colisée décidait d’innover en déployant au sein de l’ensemble de ses établissements un outil technologique inédit en maison de retraite : un réseau social privé et sécurisé spécialement conçu pour assurer le lien entre les résidents et leurs proches. Baptisé My Colisée, il permet de partager gratuitement des informations en temps réel, de manière sécurisée et privée. Accès à l’agenda des activités de la semaine, au calendrier des anniversaires des résidents, aux menus, à des photos mais aussi aux comptes-rendus des réunions du Conseil de vie sociale : tout ce qui fait le quotidien du lieu de vie est accessible en quelques clics.

UN PLUS POUR CHACUN

Une application concrète de la Silver Economie au cœur des Ehpad qui a rapidement fait de nombreux adeptes. Un an après son lancement, My Colisée compte plus de 20 000 visites et de 1000 publications chaque mois. Trois mille proches de résidents sont déjà membres de ce réseau social privé et sécurisé et interagissent au quotidien avec les personnels, qui postent des actualités et des photos des résidents. Et l’outil fonctionne dans les deux sens : les familles peuvent elles aussi partager les évènements importants de leur vie, en particulier en envoyant des photos via My Colisée.

Débarrassé de ce qui peut parasiter l’échange sur les réseaux sociaux traditionnels (publicité, etc.) mais conçu pour être simple d’utilisation, My Colisée répond à un besoin fondamental : maintenir et favoriser la relation entre les résidents et leurs proches. L’outil est bénéfique pour la préservation de l’autonomie des personnes âgées car elles sont stimulées et actives. Le travail réalisé par les équipes en sort également valorisé (voir témoignages ci-dessous). Au final, My Colisée renforce les liens et s’avère un plus pour chacun. Pari gagné !

LE POINT DE VUE DE LA DIRECTRICE

claireClaire, directrice de la résidence Colisée de Baume-les-Dames

Colisée : Qu’a changé l’arrivée de My Colisée au sein de la résidence ?

Claire : My Colisée est un outil formidable ! Il a révolutionné les rapports entre les résidents, les familles et les salariés, en apportant du lien, du sens et une certaine transparence. Son utilisation s’est naturellement intégrée au quotidien des salariés, à force de questionnements, d’échanges avec les familles et proches en visite mais aussi avec les résidents.

Colisée : Comment qualifierez-vous cette application ?

Claire : C’est une véritable fenêtre ouverte sur un cadre de vie riche, qui est souvent méconnu. Il est évident que toute la vie de l’établissement ne peut pas se résumer en quelques clichés… Mais les photos sont des instantanés témoins d’une certaine réalité. L’humanisation de la prise en charge est visible, car on ne force pas les émotions, il n’est pas possible de les retoucher !

Colisée :  Comment les familles accueillent-elles cette innovation ?

Claire : Nous recevons de nombreux témoignages. Elles nous expriment leur joie de pouvoir garder le contact avec leur parent et de suivre ce qu’il se passe dans leur lieu de vie. Elles sont particulièrement sensibles aux photos. Une expression de joie, un fou rire ou une attitude prise sur le vif : ces instants de vie semblent ordinaires mais aux yeux d’un proche, cela peut être bouleversant, incroyable et souvent rassurant. Cela peut aider à maintenir le lien.

LE REGARD DES AIDES-SOIGNANTES

Newletter- Mycolisée-septembre 2016Cyrielle confie : « Les résidents s’intéressent à la démarche. Ils sont heureux de savoir que leur famille peut les voir et ils demandent à voir les photos ! Quant aux familles, elles nous remercient de photographier leur parent. Cela facilite le rapport personnel/famille, et nous sentons que de nombreuses familles deviennent plus proches de nous. »

Manon ajoute que « les familles peuvent suivre les moments de complicité avec les membres du personnel et les autres résidents. Cela semble les rassurer. Quant aux salariés, cet outil leur permet de montrer quelques-uns des bienfaits de leur travail quotidien. »

LE RESSENTI D’UNE FAMILLE DE RÉSIDENT

Patrick, fils d’une résidente : « Ma maman est accueillie depuis bientôt un an et je vais la voir toutes les semaines. Je me connecte à My Colisée tous les jours. C’est vraiment un outil formidable pour rester en contact avec nos très chers parents.
Il permet de suivre quotidiennement les nombreuses activités qui se déroulent au sein de la résidence mais aussi de voir naitre toutes les amitiés entre les résidents et entre les résidents et le personnel, qui à mon humble avis, se donne corps et âme pour leur apporter toute la joie nécessaire.
Cela me fait chaud au cœur de voir les photos et tous ces gens qui respirent la joie de vivre. Je conseille vraiment à toutes les familles de ne pas hésiter à utiliser My Colisée. »